Vaincre le cancer colorectal, c’est possible si…

Clinique Alma - cancer du sein
Une équipe de la Clinique de l’Alma réalise la première reconstruction du sein sans implant en Europe avec un lambeau DIEP prélevé par robot chirurgical
7 décembre 2017
Cancer colorectal - Mars Bleu - Clinique de l'Alma Paris
La Clinique de l’Alma se mobilise pour Mars Bleu avec ADECA 75
6 mars 2018

Vaincre le cancer colorectal, c’est possible si…

Le cancer continue de faire des ravages dans notre pays chaque année mais s’il y a bien un cancer contre lequel on pourrait lutter de façon vraiment efficace, c’est bien le cancer colorectal.

Quand on sait que 9 personnes sur 10 en guérissent s’ils sont dépistés assez tôt, on mesure l’énorme intérêt du dépistage précoce pour ce type de cancer.

Ce sont ainsi pratiquement 16.000 vies qui pourraient être épargnées chaque année, sur les 17.684 décès constatés (chiffres 2017). Un cancer ravageur, qui tue presque 6 fois plus que les accidents de la route.

Mais de quoi parle-t-on au juste ?

Le cancer colorectal est le 3e cancer le plus courant en France et le 2e cancer le plus meurtrier. Il se déclare généralement après 50 ans pour 95% des cas, aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

Il se forme dans le côlon ou dans le rectum, c’est-à-dire dans la dernière partie du gros intestin. Les cellules cancéreuses apparaissent d’abord sur la muqueuse, la surface interne qui tapissent la paroi de l’intestin et du rectum (stade 0). Puis, petit à petit, elles atteignent les couches les plus profondes (stade I et II). Les choses se compliquent, lorsque les cellules cancéreuses se disséminent ailleurs (stade III). Les ganglions lymphatiques peuvent être touchés mais même à ce stade, il est possible d’intervenir pour stopper la progression. En revanche, lorsque des cellules cancéreuses commencent à envahir d’autres organes (le foie, les poumons), pour y développer des métastases, la maladie se trouve alors au stade IV. Il existe alors des options de traitement (chirurgie, chimiothérapie associée ou non à un traitement ciblé).

L’évolution du cancer colorectal

Il peut mettre plusieurs années à se développer (en moyenne une dizaine d’année). Il se forme à partir de polypes dans la muqueuse. Le plus souvent, ce sont des lésions bénignes mais ces polypes peuvent se transformer en une tumeur cancéreuse.

Les causes et les facteurs de risque

Les chercheurs ont identifié les principales causes et facteurs de risque du cancer colorectal. La principale cause du cancer colorectal, c’est l’âge : plus les personnes sont âgées, plus elles présentent des risques de développer un cancer. C’est pourquoi il est nécessaire d’effectuer un test de dépistage régulièrement, soit tous les 2 ans.

Les études ont également montré que le cancer colorectal est beaucoup plus fréquent dans les pays industrialisés. En effet, nos habitudes de vie et plus particulièrement notre alimentation peuvent être à l’origine du développement de ce cancer. Les aliments gras, la viande rouge et la consommation excessive de la charcuterie sont à éviter pour limiter les risques de développer un cancer.

L’alcool et le tabagisme sont deux autres habitudes de vie qui peuvent rentrer en ligne de compte : les chercheurs ont montré que l’association d’alcool et de tabac multiplie par 8,6 le risque de développer un cancer colorectal.

Les symptômes à surveiller

Pour prévenir le développement du cancer colorectal, plusieurs symptômes sont à surveiller. Consultez votre médecin traitant si vous constatez :

  • des troubles du transit intestinal (diarrhée, constipation prolongée, augmentation du volume abdominal) ;
  • du sang dans les selles ;
  • une perte de poids inexpliquée et/ou perte récente d’appétit ;
  • une fatigue anormale.

Le dépistage

A partir de 50 ans, le test de dépistage est à réaliser tous les deux ans.

 

Récemment, un nouveau test immunologique gratuit a été mis en place par le Ministère de la Santé. Ce nouveau test est simple, rapide et à faire chez soi. Les résultats sont adressés directement à votre médecin traitant qui vous a prescrit le test.

 

Si le test est positif (4,5%), votre médecin traitant vous prescrira une coloscopie qui permettra d’examiner le rectum et le côlon plus en détails.

Les traitements

Un traitement du cancer colorectal est unique et dépend du patient et de ses antécédents. Si le cancer est installé, la chirurgie est indispensable pour retirer les parties atteintes par la tumeur. Le patient devra effectuer une radiothérapie et une chimiothérapie pour retirer les cellules cancéreuses.

Si la tumeur est à un stade précoce, il est possible d’enlever les polypes touchés lors d’une coloscopie.

Vaincre le cancer colorectal, c’est donc bien possible… Et la clé demeure donc la prévention et le dépistage précoce, on ne le répètera jamais assez !

Alors, n’attendez plus et parlez-en à votre médecin traitant !

Infographie Cancer colorectal Mars Bleu - Clinique de l'Alma

×