CHIRURGIE l VASCULAIRE

La Clinique de l’Alma propose un grand nombre de techniques chirurgicales pour soigner les pathologies vasculaires non cardiaques. Il s’agit des maladies des vaisseaux (artères, veines), qui vont de l’endartériectomie de l’artère carotide – ablation des plaques d’athérome perturbant le débit sanguin – et du pontage entre les artères fémorale et poplitée pour le volet artériel, à la chirurgie des varices et à la mise en place des abords vasculaires pour dialyse et chimiothérapie.

Les chirurgiens de la clinique, hautement spécialisés, prennent également en charge les malformations artérioveineuses, une chirurgie complexe et peu pratiquée en France du fait de la grande expertise qu’elle requiert.


CHIRURGIE VASCULAIRE DE L’INSUFFISANCE RÉNALE

CHIRURGIE DE LA FISTULE ARTÉRIOVEINEUSE

Outre le suivi des maladies vasculaires propres au patient insuffisant rénal et à la délivrance d’avis d’expert lors d’un éventuel bilan pré-greffe de rein, les chirurgiens de la Clinique de l’Alma sont spécialisés dans la chirurgie de la fistule artérioveineuse, c’est-à-dire lorsqu’un abord veineux est nécessaire pour dialyser le patient insuffisant rénal.

La dialyse permet d’épurer le sang en cas d’insuffisance rénale de stade 5 symptomatique, c’est-à-dire lorsque le rein fonctionne à moins de 15% de ses capacités. La dialyse la plus courante est l’hémodialyse : le sang est filtré à l’extérieur du corps par une machine qui fait office de rein artificiel. Pour fabriquer l’abord veineux connecté à l’appareil de dialyse, le chirurgien utilise un vaisseau le plus superficiel possible pouvant être ponctionné à chaque séance de dialyse et dans lequel doit circuler un débit sanguin suffisant.

Or ce vaisseau sanguin idéal n’existant pas dans l’organisme, le chirurgien doit le créer, en branchant une veine sur une artère (fistule) afin d’augmenter le calibre de cette veine et ainsi pouvoir l’utiliser en l’abouchant à la machine de dialyse.

Dans la plupart des cas, la fistule artérioveineuse est réalisée en un seul temps opératoire. En revanche, une seconde opération chirurgicale est nécessaire dans certains cas complexes, comme par exemple une veine trop profonde ou des complications mineures habituelles. En cas d’impossibilité de créer une fistule artérioveineuse au moyen des veines du patient (« native »), le chirurgien peut recourir à du matériel prothétique adapté à ce type de chirurgie.

Le Dr Abou-Rjeili Marwan, chirurgien vasculaire à la Clinique de l’Alma, fait partie du groupe de spécialistes vasculaires « SOS FAV » dont l’objectif est de gérer les urgences en concertation avec d’autres spécialistes de la fistule artérioveineuse (FAV).

MISE EN PLACE D’UN CATHÉTER D’HÉMODIALYSE

Le chirurgien crée une voie d’accès vasculaire afin de permettre l’hémodialyse. Un tuyau souple et fin (cathéter) est inséré dans la veine jugulaire interne principalement, sous la peau à la face antérieure du thorax. Cette option chirurgicale est utilisée à titre provisoire dans l’attente d’une fistule artérioveineuse, lorsque le patient doit être dialysé en urgence ou encore si le nombre total de séances de dialyse est restreint.

Chirurgie Vasculaire l Clinique Alma Paris

CHIRURGIE DE LA MALFORMATION ARTERIOVEINEUSE

La Clinique de l’Alma prend en charge toutes les malformations vasculaires, veineuses ou artérioveineuses complexes.

Les malformations artérioveineuses (angiomes, malformations artérioveineuses et veineuses pures) conduisent à la persistance de connexions directes entre les systèmes artériel et veineux. La malformation artérioveineuse peut toucher tous les endroits où les artères et des veines se rencontrent, dans tout l’organisme, perturbant le système nerveux local et les organes concernés.

La grande majorité des malformations artérioveineuses est congénitale mais se manifeste parfois assez tardivement dans la vie.

Dès lors que le cas s’avère complexe, cette chirurgie est très rarement pratiquée en France car ce type d’intervention délicate nécessite une grande expertise. Elle est néanmoins possible à la Clinique de l’Alma par la présence au sein de l’équipe chirurgicale d’un spécialiste de ce type de prises en charge.

CHIRURGIE VASCULAIRE POUR MISE EN PLACE DE CHAMBRE IMPLANTABLE

 

UNE CHAMBRE IMPLANTABLE EST CONSTITUEE D’UN PETIT BOITIER ET D’UN CATHETER AFIN D’ADMINISTRER LES THERAPIES ANTICANCEREUSES EN TOUTE SECURITE, SANS DETERIORER LE RESEAU VEINEUX DU PATIENT.

POUR CE FAIRE, EN PREALABLE A UN TRAITEMENT PAR CHIMIOTHERAPIE, LE CHIRURGIEN PLACE UN CATHETER DANS UNE VEINE CENTRALE POUR QUE SON EXTREMITE DEBOUCHE DANS LA VEINE CAVE SUPERIEURE.

A LA CLINIQUE DE L’ALMA, LES CHIRURGIENS VASCULAIRES EXPLOITENT LA VEINE JUGULAIRE, LA PLUS GROSSE DU COU QUI RELIE DIRECTEMENT LE CŒUR, AVEC PLACEMENT DU BOITIER SOUS LA PEAU EN AVANT DU THORAX. CETTE INTERVENTION EST EFFECTUEE SOUS ANESTHESIE LOCALE A LAQUELLE S’AJOUTE UNE SEDATION.


CHIRURGIE ARTERIELLE

La Clinique de l’Alma prend également en charge l’ensemble de la pathologie artérielle périphérique, c’est-à-dire l’artériopathie oblitérante des membres (AOM), principalement inférieurs (AOMI).

En cas d’occlusion ou de rétrécissement (sténose) d’une artère périphérique localisée dans le membre inférieur, les carotides, etc., une consultation avec un chirurgien vasculaire est indispensable afin de valider l’indication chirurgicale ainsi que la technique à proposer au patient.

Celle-ci peut être réalisée en chirurgie ouverte, par pontage (contournement d’une artère en implantant un autre vaisseau en aval de cette dernière) ou par endartériectomie (prélèvement d’une plaque d’athérome constituée de lipides, de glucides, de dépôts fibreux et de calcaire formée dans l’artère carotide) ou par voie endovasculaire. Dans ce dernier cas, le chirurgien vasculaire procède à une angioplastie (dilatation de l’artère) ou pose des stents, des dispositifs tubulaires placés dans l’artère afin de maintenir son diamètre.

Chirurgie Veineuse l Clinique Alma Paris

CHIRURGIE VEINEUSE

La chirurgie veineuse concerne principalement la maladie variqueuse. En cas d’insuffisance veineuse superficielle, des varices se forment ainsi sur les membres inférieurs.

La Clinique de l’Alma propose toutes les techniques possibles, allant de la sclérothérapie échoguidée à la mousse (émulsion contenant des bulles d’air qui provoquent une sorte de « brûlure chimique »), à la technique classique dite du stripping (la veine est extirpée chirurgicalement) et aux traitements endoveineux de sclérose de la veine saphène interne, au laser ou au moyen de radiofréquences (micro-ondes).

Ces traitements endoveineux sont à l’origine d’une « brûlure thermique ». Le chirurgien introduit dans la veine variqueuse une sonde chauffée par procédé laser ou radiofréquences. Celle-ci se rétracte ensuite et devient un fin cordon fibreux où le sang ne coule plus. Ce sont les techniques de choix si la veine à traiter est tubulaire, sans sinuosités et de diamètre adapté.

En ce qui concerne la technique chirurgicale, le chirurgien ligature les veines incontinentes (« crossectomie ») et extirpe la veine saphène malade par le procédé dénommé « stripping » ainsi que les paquets variqueux (phlébectomie). Cette méthode a fait ses preuves depuis plusieurs décennies, même si elle tend aujourd’hui à être remplacée de plus en plus fréquemment par la radiofréquence.

Toutes ces interventions, médicales ou chirurgicales, sont pratiquées sous anesthésie générale, locorégionale ou locale pure. La durée de l’intervention varie entre trente minutes et une heure trente en fonction de la complexité et l’étendue du geste.
L’hospitalisation est ambulatoire dans 95% des cas.