La Clinique de l’Alma se dote d’un robot pour une chirurgie de pointe

Une rénovation complète pour un meilleur accueil des patients
15 juin 2014
Cancer du sein : l’Institut Français du Sein ouvre ses portes à Paris
21 avril 2015

robot-davinci-actualites

La Clinique de l’Alma vient de se doter d’un robot chirurgical Da Vinci pour le développement de la chirurgie mini-invasive de pointe. L’établissement, qui vient d’achever un plan complet de rénovation de ses locaux dans le 7e arrondissement de Paris, est seulement la troisième clinique à posséder un tel équipement à Paris.

« Avec ce projet innovant, nous misons sur l’innovation médicale de pointe. De tels équipements permettent à nos spécialistes d’exercer dans des conditions optimum et de pratiquer les techniques de soins les plus performantes », affirme Gilles Schutz, président de la Clinique de l’Alma.

Le robot sera utilisé dans un premier temps pour l’activité de chirurgie carcinologique en urologie. Son usage devrait être étendu ensuite à de nouvelles équipes au sein de l’établissement pour divers types de chirurgie (vésicule biliaire, cure d’incontinence urinaire, pathologie de la thyroïde, chirurgie du ronflement et gynécologie).

Une chirurgie de haute précision, moins lourde pour le patient

L’usage du robot chirurgical permet une chirurgie moins lourde et moins invasive, et donc moins traumatisante pour le patient que la chirurgie ouverte. Elle présente de nombreux avantages pour le patient : des cicatrices plus petites, voire invisibles, une réduction des douleurs post-opératoires, une récupération post-opératoire plus rapide, une réduction du risque de complications et d’infections, des pertes sanguines réduites et enfin une diminution des séquelles à moyen et long terme.

Pour le professionnel, l’intérêt est certain car elle permet des interventions plus minutieuses et plus précises. La chirurgie robotique permet ainsi une vision tridimensionnelle haute définition avec possibilité de zoom grossissant, ce qui facilite la gestuelle et offre un confort ergonomique.

Le robot analyse chaque geste du chirurgien 1.000 fois par secondes et envoie le signal aux bras articulés en éliminant tout tremblement parasite. La console de commande permet de reproduire toute mobilité de la main et des doigts, ce qui n’est pas le cas en cœlioscopie, où l’on opère à l’aide de baguettes de 30 cm.

« Ces techniques ont modifié la pratique chirurgicale pour de nombreuses équipes et tous les jeunes chirurgiens sortent aujourd’hui de la faculté, formés à la chirurgie robotique », relève Gilles Schutz.

Une rénovation complète pour un meilleur accueil des patients

Cet équipement de pointe arrive dans un établissement complètement rénové. La Clinique de l’Alma a subi en effet un lifting complet, avec une rénovation complète des installations, une opération lourde qui aura duré cinq ans pour 13 millions d’euros investis.